Le projet Eiffel : point d’étape

Infrastructures 15/09/2016

Les travaux du projet Eiffel avancent selon le calendrier prévu, le gros œuvre devant être finalisé en tout début d’année prochaine. 

D’ici fin 2017 le site fourmillera de clients et d’agents OPT-NC appartenant au CTC ou à la direction des ressources humaines. Pour l’instant ce sont près de 60 ouvriers qui s’activent chaque jour pour finaliser le gros œuvre de ce chantier d’envergure.

Car l’Office construit là un centre d’une superficie totale de près de 15 000 m2 répartis entre le hall industriel de plain-pied (3400 m2), l’espace commercial du CTC (550 m2) en rez-de-chaussée, et une tour de 6 étages qui hébergera les espaces administratifs du CTC (550 m2) ainsi que cinq plateaux de bureaux d’activités tertiaires totalement indépendants (2750 m2).
Sans compter les parkings sous-terrain et aérien de 6 000 et 1 700 m2 représentant plus de 300 places à destination du personnel et de la clientèle…
 
Un chantier important donc, débuté en septembre 2015 et dont le gros œuvre, qui consiste à la réalisation des parkings, à la construction du hall industriel puis de l’immeuble commercial et administratif, devrait se terminer en janvier 2017. Philippe Gervolino, directeur général, et Philippe Dunoyer, président du conseil d’administration, étaient venu officialiser le 1er juin dernier, le lancement du chantier du futur Centre de Traitement du Courrier et de l’immeuble tertiaire associé
 
Le second œuvre, correspondant à l’aménagement, se poursuivra jusqu’en mai 2017.


La méthode Freyssinet 

Un chantier important mais également un chantier hors norme puisque la méthode Freyssinet, dite « de béton précontraint par post tension », y est utilisée pour la première fois sur le territoire pour un projet de construction d’immeuble.
Ce principe consiste à armer un béton d’aciers fortement tendus qui, en compression, confère à l’ensemble des caractéristiques particulières de résistance et d’élasticité.
 
Déjà couramment utilisée dans les ouvrages d’art depuis de nombreuses années dans le monde, la précontrainte par post-tension s’impose de plus en plus dans le domaine du bâtiment.
Les tendances architecturales modernes, en corrélation avec notre mode de vie, privilégient en effet les grandes surfaces ininterrompues de planchers, la souplesse d’aménagement intérieur, la facilité de transformation et de circulation des espaces, tout en améliorant considérablement la pérennité des bâtiments.
Autant d’exigences qui peuvent être satisfaites par le recours à la précontrainte par post-tension qui autorise la réalisation de grande portée sans obstacles, avec un minimum de poteaux et des épaisseurs de planchers réduites. Cette méthode permet également d’utiliser le béton de façon optimale et ainsi d’en économiser.
 
Un chantier à suivre donc…

 

Le chantier en images

  



Difficile pour l’instant d’imaginer le bâtiment final…


La méthode Freyssinet permet d’augmenter la portée des poutres et des planchers ou d’en diminuer la section et les épaisseurs, ce qui permet de réaliser de grands espaces dégagés, comme ici, dans les futurs parkings du site.


De nombreux éléments ont été préfabriqués : reste à les mettre en place…

Venu d’Australie, un expert de la méthode Freyssinet prépare la post-tension de l’une des 9 poutres principales du bâtiment.