Serial Killer à Téremba !

Parrainages 22/09/2016

L’OPT-NC est partenaire de l’association Marguerite dans le cadre des spectacles « Son et Lumière » organisés au fort Téremba les 15 et 22 octobre 2016. A ne rater sous aucun prétexte ! 

Téremba voit le jour en 1871, au sommet d’un plateau qui domine la mer. Pour son fondateur, le gouverneur Gaultier de la Richerie, ce bâtiment est voué à devenir le centre pénitentiaire et administratif du vaste territoire d’Uaraï qui s’étend sur La Foa-Farino-Moindou.
 
Le besoin grandissant de terre pour y installer les bagnards les plus méritants est à l’origine, en juin 1878, du déclenchement de l’insurrection kanak menée par le chef Ataï. Elle aura, entre autres conséquences, l’édification du fort militaire que nous pouvons voir aujourd’hui.
 
A partir de 1890, l’établissement entre dans une phase de déclin, jusqu’à sa vente aux enchères en 1919.
C’est en 1984 que l’association Marguerite décide de sauver de l’oubli ce haut lieu de l’histoire calédonienne. Elle obtient, en 1989, son rachat par la commune de Moindou et son classement comme Monument Historique par la province Sud.
 
Le site, qui s’étend aujourd’hui sur 11 hectares, fait l’objet d’un ambitieux programme de réhabilitation, porté par les collectivités.
 
Fort Téremba est un centre d'interprétation du patrimoine pénitentiaire et militaire, géré et animé par l'association Marguerite qui y développe, avec le soutien du Gouvernement de la Nouvelle Calédonie, de la province Sud, des communes de Moindou et La Foa, de nombreuses d'activités touristiques, culturelles, pédagogiques et socio-éducatives.

 

Le spectacle « Son et Lumière »

C’est à un véritable voyage dans le passé que sont conviés, depuis 1987, les milliers de spectateurs qui viennent assister au « Son et Lumière » de Téremba.

Chaque année, sous le feu des projecteurs et grâce à une succession de tableaux vivants, plus de 160 figurants bénévoles vous font revivre, pendant deux heures, les grands et les petits moments de l’histoire calédonienne : le bagne, l’insurrection de 1878, la vie quotidienne des colons, le travail des « stockmen », la présence américaine en 1942…
Et pour clôturer chaque soirée, le Fort s’embrase, pendant vingt minutes, des mille feux du plus beau spectacle pyrotechnique de Nouvelle-Calédonie.

 

Le thème 2016 : « Serial Killer à Téremba »

Trois meurtres portant la même signature sont commis dans trois pays différents mais à plus de 70 ans d’écart. Est-ce l’œuvre d’un serial killer ? C’est ce que doivent élucider trois inspecteurs calédoniens et un policier venu spécialement de Melbourne.
Seul point commun à toutes ces affaires : l’évasion, en 1879 depuis le pénitencier de Téremba et par la mer, de onze bagnards qui finissent par atteindre les côtes australiennes.
 
Parapsychologie, profilage et informatique sont les outils qui aideront les enquêteurs à percer la vérité au fil des tableaux vivants ayant pour thèmes le pénitencier de Téremba, le couvent de Bourail, l’insurrection, les fêtes du 24 Septembre, la côte Ouest et les tranchées jusqu’à l’explosion du bouquet final.