L'OPT-NC soutient l'IRD dans la création d'un réseau citoyen d'observation

Engagement citoyen 16/06/2017

En partenariat avec France Media Monde (France 24, RFI, MCD) et l’OPT-NC, l’IRD crée un réseau citoyen d'observation, permettant d’informer et d'échanger sur les changements climatiques et environnementaux. 

Quatre pays de la région Pacifique sont concernés : Vanuatu, Nouvelle-Zélande, Fidji et Nouvelle-Calédonie.

Contexte

Les communautés résidant sur le littoral et les îles de faible altitude sont parmi les plus vulnérables du monde face aux changements globaux. Elles disposent de peu d’outils d’information et de communication pour espérer pouvoir mobiliser les moyens nécessaires pour atténuer ces changements et s’adapter. Pour cette raison, il était urgent de développer des outils et des espaces d’échanges et de débats innovants et ainsi se​nsibiliser la communauté internationale. D’où la création du réseau citoyen baptisé E-POP.​

E-pop, c'est quoi ?

E-POP (Petites Ondes Participatives) vise à faire connaître les initiatives citoyennes en matière d’adaptation et de résilience des populations insulaires en valorisant les savoirs locaux mais également à partager les résultats de recherche scientifique.
 
Il permet de promouvoir la diffusion d'une information collaborative, accessible et de qualité, à partir d'observations réalisées par de jeunes observateurs.
En effet, dans chacun de ces pays, des clubs de jeunes observateurs réalisent des capsules/clips vidéo à partir de tablette et/ou smartphone - diffusées sur YouTube et en télévision - sur les changements globaux et interagissent avec la communauté scientifique.
Celle-ci, quant à elle, se met à la portée des citoyens. Ces derniers viennent naturellement nourrir les travaux des chercheurs ; il se crée alors une dynamique de partage et de valorisation des connaissances globales.

L'IRD s'intègre dans le dispositif E-pop et obtient le soutien de l'OPT-NC

Si recherche, formation et innovation sont les principales missions de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), partager, échanger et transmettre les connaissances acquises correspondent aussi au triptyque fondateur de l’Institut.
L’IRD Nouvelle-Calédonie est un Etablissement Public à Caractère Scientifique et Technique (EPST), dont les missions visent à contribuer au développement socio-économique, culturel et scientifique des pays où il se trouve. Pour le directeur du campus de l’IRD à Nouméa, « produire de la recherche d’excellence pour le progrès de la connaissance et en soutien aux politiques publiques, détecter de jeunes équipes partenaires, participer à leur formation et autonomisation, promouvoir l’innovation sont des missions stratégiques pour l’IRD. Pour être utiles et avoir un impact dans la société, ces missions n’atteindront leur but que si elles sont connues, communiquées, diffusées, comprises à différents niveaux. Parmi les cibles importantes pour l’Institut, il y a la société civile, les écoles, les  collèges, les lycées etc. car rappelons-le : nous sommes un service public et sommes logiquement au service du « public ». ». 

L'OPT-NC soutient l'IRD et le dispositif E-POP qui s'inscrit dans une démarche à la fois environnementale et numérique.

Visionnez la présentation du projet E-POP en Nouvelle-Calédonie.

 

Les dates à retenir

JUIN à Fidji :

  • 3 au 7 juin: 1 e-POPeur Fidjien suivra la mission à bord du Tara alors que, 4 e-POPeurs de Nouvelle-Calédonie, de Nouvelle-Zélande, du Vanuatu et des Iles Fidji suivront des ateliers de formation.
  • Un reportage de France 24 « The Observers » se tiendra par la même. Sa diffusion est prévue en juillet.
  • 8 juin: Journée mondiale des océans : 2 jours de conférences avec 1 atelier e-POP
  • 10 juin : 1 capsule e-POP réalisé par un Observateur de Nouvelle-Zélande à bord de Tara


SEPTEMBRE / OCTOBRE en Nouvelle-Calédonie :

  • 15 septembre : e-POP atelier officiel de lancement / formation
  • 30 septembre au 14 octobre : escale du Tara
  • 7 au 13 octobre : réalisation de capsules E-POP et conférence publique


NOVEMBRE en Allemagne :

Les îles Fidji seront les organisateurs de la prochaine conférence internationale sur le climat, la COP23, mais cette dernière se tiendra exceptionnellement à Bonn. La principale raison invoquée est que ce petit l'archipel du Pacifique n'est pas en mesure d'accueillir 15 à 20 000 personnes sur un seul site et de les loger à proximité.
Pour autant, cela reste une grande première, car aucun Etat insulaire n'a encore eu la chance de présider une telle conférence. « C'est une grande responsabilité pour un petit Etat insulaire.  [En tant que] petit Etat insulaire du Pacifique, nous avons besoin de montrer au monde les problèmes que nous traversons », a déclaré Frank Bainimarama, le premier ministre fidjien, au dernier jour de la COP22 à Marrakech.